VICTIMES INNOCENTES!
Les termes immédiats qui sont relayés par les médias mondiaux et malheureusement souvent par les nôtres en période de guerre sont "réponse disproportionnée" et "victimes innocentes". Sous ces deux rubriques se classent respectivement  et automatiquement les actions défensives de Tsahal et les pertes ennemies. Toutefois en étudiant  les évènements de l'Histoire récente, il nous semble que les pays en guerre avaient la main bien plus lourde et pas de problèmes de conscience qui les taraudaient durant les conflits armés.

Ainsi lorsque les Etats-Unis ont envoyé leurs bombes atomiques sur Nagasaki et Hiroshima, il était évident que des populations civiles allaient périr en un nombre considérable. Cet acte de guerre n'a pas pour autant été qualifié de disproportionné  et nul n'a fait immédiatement le compte exact des japonais non armés, enfants, femmes  et vieillards inclus, qui ont péri dans cette attaque tout à fait justifiée. Les résultats positifs furent la mise hors d'état de nuire d'un régime qui avait semé la destruction en Asie du Sud-est et appartenait à l'Axe nazi. La riposte avait forcé le régime impérial japonais à capituler devant la démonstration de la  puissance  américaine et devant les pertes civiles encourues.

Lorsque l'aviation alliée bombarda Dresde et réduisit en cendres cette ville de la maudite Allemagne nazie, nul ne s'est offusqué des pertes "civiles" considérant à juste titre que les Allemands qui avaient voté et soutenu les criminels hitlériens ne pouvaient être considérés comme innocents. Face au Reich qui bombardait les civils à Londres et massacrait les populations soumises à son joug (sans parler des Juifs qui furent le cadet des soucis des Alliés), il était tout à fait légitime d'exercer des représailles sur une ville allemande et amener ce pays criminel à capituler.

Lorsque  plus récemment les pays alliés ont agressé la Serbie, les tirs mal ajustés, les bombes sur des hôpitaux serbes, les destructions d'édifices stratégiques ou non, se sont fait attribuer le nom de "dommages collatéraux". Ils sont certes regrettables mais inévitables lorsqu'une armée tient à protéger ses propres soldats dont la vie est plus importante que celle de ses ennemis et donc fait intervenir l'aviation militaire pour protéger ses fantassins.

Quand les alliés sont intervenus contre les Talibans en Afghanistan et dans des tirs d'artillerie ou des bombardements, ont commis quelques erreurs éliminant les participants à un mariage ou des écoles, il était évident que ces "dommages collatéraux" étaient inévitables. Tout comme ils le sont en Irak.
Les responsables de ces pertes civiles sont ceux qui provoquent une guerre injuste ou établissent un régime politique contraire à tout esprit civilisé.
Il n'y aurait que le seul Etat d'Israël qui n'aurait aucun droit à une défense légitime et devrait veiller à ne pas causer de  "dommage collatéral" conséquent et doive même s'excuser et expliquer ses éliminations ciblées de terroristes. Nous avons tellement habitué le monde à nos frappes chirurgicales que nous avons oublié qu'il faut parfois des amputations radicales. La sensiblerie mondiale à l'égard des arabes avec une dose non négligeable de lâcheté munichoise s'est alliée au pacifisme bêlant masochiste de nos medias et de nos universalistes pour lier les mains de Tsahal.

Les "palestiniens" ne sont pas une population civile innocente. Chaque arabe qui a voté pour ces assassins du Hamas, a signé son intention de détruire l'Etat d'Israël et tous les juifs conformément à la charte de ceux qui aujourd'hui dirigent la bande de Gaza. Chaque arabe qui a déposé le bulletin Hamas dans l'urne a clairement soutenu l'action des "martyrs" désireux d'aller rejoindre les 70 vierges promises dans le paradis musulman aux assassins de Juifs. Les aider à rejoindre au plus vite ce paradis serait une œuvre de bienfaisance.

Les membres du Hezbollah, ceux qui leur accordent refuge, ceux qui prêtent leur maison pour tirer des roquettes ou des fusées, ne sont pas des civils innocents. Ceux qui transportent leurs armes, ceux qui collectent en leur faveur, ceux qui les accueillent et les soutiennent ne sont pas des civils innocents quel que soit leur age. L'arabe qui a voté Hamas, la mère arabe qui fête l'explosion de son rejeton, celle qui envoie un gosse dans les camps "sociaux" du Hamas pour y apprendre la haine du juif ne sont pas innocents.

 Ces terroristes en herbe ou ces suppôts du terrorisme arabe  sont coupables et devraient être traités comme tels. Dans ce cas, un dommage collatéral n'est pas un drame même s'il n'est pas souhaitable et ne devrait nullement amoindrir notre force de frappe. Peut être même au contraire, ce seraient ces "dommages" qui finiront par faire comprendre à une population abrutie par la haine islamiste déversée à partir des minarets, des medias arabes, des écoles et des tribunes officielles qu'ils ont plus à perdre qu'à gagner en continuant ainsi.

Il est vrai que lorsque le gouvernement israélien laisse acheminer des vivres et du matériel sanitaire vers ces populations, il laisse accroire que ce sont vraiment des populations civiles innocentes. Cette mauvaise conscience que les arabes ont distillée parmi les populations occidentales, nous a affaibli au point d'envoyer nos paras dans la Casbah de Djenine au lieu de bombarder par voie aérienne et raser le périmètre concerné. Le résultat fut la mort tragique de nos soldats et néanmoins  l'accusation d'avoir effectué un carnage.

Notre humanisme excessif est une faiblesse que les barbares arabes exploitent. Nous payons lourdement les tragiques accords d'Oslo, la fuite du Liban et la destruction de la vie juive au Gouch Katif.
Tirons les leçons de ce passé récent et  protégeons d'abord la vie de nos civils et  de nos soldats.
En fait les seuls civils innocents que je connaisse, tout au long de l'Histoire, ce sont les Juifs.

Jacques KUPFER
Membre de l'Exécutif Sioniste mondial pour le Likoud Mondial
.