Monsieur le Président Sarkozy, PDF Print E-mail
L'engouement qu'a suscitée votre élection à la fonction de Président de la République française n'a d'égal que la déception actuelle. Nombreux furent les électeurs juifs et amis d'Israël à espérer une politique nouvelle.
Les confusions inconscientes ou voulues de votre part furent nombreuses. Ainsi nous avons entendu votre ferme condamnation de "l'antisémitisme et de l'islamophobie". En somme la condamnation de la haine du Juif quel qu'il fut, même s'il n'habite pas les terres historiques de Judée Samarie, qu'il soit laïque ou religieux, pauvre ou riche, sioniste ou même s'il ne l'est pas encore! Cet antisémitisme a coûté au peuple juif deux mille ans de pogromes, d'inquisitions, d'expulsions, de lois discriminatoires, de zones d'habitation interdite, de camps d'extermination et aujourd'hui encore des propos onusiens inadmissibles.
L'islamophobie est le rejet d'une religion de haine, de conquêtes et de "guerres saintes", de djihad, d'avilissement du statut de la femme et du non musulman, de volonté d'imposer une loi cruelle sur le monde entier et du foyer d'un terrorisme ignoble et sanguinaire. Mettre sur un même plan l'antisémitisme qui vise la destruction d'un peuple et l'islamophobie qui rejette une doctrine totalitaire qui s'était d'ailleurs alliée au Reich nazi, est une malhonnêteté intellectuelle si elle est volontaire ou une incommensurable erreur si elle est le résultat de l'ignorance.

Mettre sur le même plan l'antisémitisme et l'islamophobie revient à l'objectivité que décrivait Anatole France à propos d'un décret municipal interdisant de mendier sur la voie publique aussi bien aux riches nantis qu'au pauvres miséreux!

Vous vous arrogez le droit de décider sur quelles parties de la Terre d'Israël, les Juifs auront le droit de construire et de vivre. Inutile de vous préciser que ce que vous appelez les "colonies juives" furent et continueront à être construites sur des terres qui furent désertifiées par l'absence forcée des Juifs, sur des terres dont nul propriétaire "non juif" ne fut spolié, des terres qui n'avaient plus connu verdure et civilisation depuis l'exil imposé aux Juifs il y a deux millénaires et que nul arabe n'a jamais cultivé.

Seul cet amour unique dans l'histoire porté par le peuple juif pour sa terre, seul le son de la langue hébraïque que cette terre attendait impatiemment ont permis la renaissance de ces sites historiques. Ces "colonies" étaient déjà habitées par des Juifs, mes ancêtres et peut être une partie des vôtres, qui discutaient des lois et de la philosophie alors que Paris, pour reprendre une formule célèbre, n'était encore qu'un vaste marécage.
Dans ce monde et cette France touchés par la crise, le chômage, la guerre en Afghanistan, la situation irakienne, les risques de prise de pouvoir des Talibans sur Islamabad et sa bombe nucléaire, les vociférations d'un Ahmadinejad, les essais nucléaires de la Corée du Nord, l'invasion de l'Europe par des idéologies totalitaires étrangères à sa culture, la pandémie de grippe... votre problème majeur reste la création d'une maison juive supplémentaire en Israël! C'est trop d'honneur et notre fierté s'en trouve en expan-sion.

Vous reprenez à votre compte des notions que l'on espérait disparues de l'Histoire et une politique qui coûta cher au monde civilisé face au nazisme.

"Judenrein"! C'est ainsi que vous désirez voir (dans un premier temps) la Judée et la Samarie. En dehors de ces zones, un "numerus clausus" pour les Juifs qui doivent réfréner leur accroissement naturel pour ne pas avoir à édifier de nouvelles maisons."Quota imposé" et "quartiers réservés" dans lesquels les Juifs auraient le droit de subsister sans gêner les populations arabes qui, elles, devraient continuer à bénéficier des bienfaits de la démocratie israélienne et du racket imposé au monde. Peu vous importe que le peuple palestinien soit une invention récente de la Ligue arabe et du bloc communiste, que la "Palestine" n'ait jamais existé, que Jérusalem n'est jamais citée dans le Coran et qu'elle n'a rien de saint pour les musulmans! Vous prônez une politique de "territoires contre la paix" que la France a déjà expérimentée avec Hitler et Daladier: la Rhénanie remilitarisée en échange de la Paix, les Juifs sacrifiés en échange de la Paix, la Tchécoslovaquie dépecée en échange de la paix, la démocratie bafouée en échange de la Paix et le résultat que vous connaissez si bien que vous faites étudier la lettre de Guy Moquet aux jeunes générations. Nous avons connu trop de jeunes tombés en résistant à nos ennemis pour recommencer les erreurs du passé.

Les arabes ont autant de droit sur la Terre d'Israël que les musulmans français fraîchement immigrés en ont sur le Nord –Pas de Calais. Ils ont autant le droit de squatter le Mont du Temple qu'à établir leur muezzin sur les tours de Notre Dame.

En fait vous ne proposez pas "deux états pour deux peuples" mais 22 états pour un peuple et un état croupion- protectorat pour le peuple Juif. Une nouvelle forme de ghetto!

Toute cette politique nous amène à votre dernière diatribe contre notre ministre des Affaires Etrangères Avigdor Lieberman et votre inadmissible ingérence dans les affaires internes de la démocratie israélienne. Vous ne pouvez le recevoir ni le voir! Il est vrai que le Kadhafi reçu en grande pompe à l'Elysée, les potentats arabes de pays esclavagistes conviennent mieux à votre diplomatie et trouvent grâce à vos yeux. Il n'y aurait donc qu'un Juif veillant aux intérêts sécuritaires et aux droits nationaux de son peuple qui ferait tache à l'Elysée. A moins que ce ne soit par pure convoitise devant un ministre courageux et déterminé comparé à celui qui occupe les locaux du Quai d'Orsay. Lui n'a pas encore compris pourquoi ses grands parents ont été déportés et ce qu'il eut fallu faire pour qu'ils ne le fussent point! M. Lieberman comprend ce qu'il faut réaliser pour que ses enfants puissent vivre libres. Il est vrai que son after-shave ne sent pas bon ce pétrole que votre prédécesseur aimait humer à l'Elysée.

Israël n'est ni un protectorat américain, ni un dom tom européen mais un pays souverain dont le peuple, a amené au monde la culture, la morale et la foi dans un avenir meilleur et a payé le lourd tribu du sang pour sa liberté. Cet héritage est peut-être trop lourd pour vous mais il est à notre mesure.

Nous avons effectivement ajouté la psychose d'Oslo au syndrome de Stockholm ! Nos dernières élections ont montré les signes encourageants de notre guérison.
J'espère que Madame Tsipi Livni vous adressera une protestation virulente devant votre "conseil".
Nous aimons trop la France pour la voir s'enfoncer dans un abîme de lâcheté politiquement correcte que vous aviez su dénoncer et nous restons confiants dans notre destinée sur notre Terre et dans le retour de la lucidité chez nos amis.

Les Empires ont disparu et le peuple Juif persiste. Que voulez vous? C'est bien un de vos mentors qui a confirmé que nous étions "un peuple fier, sûr de lui et dominateur".

Avec l'expression de mon ancienne haute considération.

Jacques KUPFER
Président du Bloc National des juifs francophones.
Jérusalem, libérée, indivise  et éternelle